AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Les dossiers secrets :: Les présentations :: Présentations Acceptées
MessageSujet: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 13:49

Liam Burton

Identité

Je m'appelle Liam Burton, mais parfois mes proches me surnomment nan nan juste Liam ce que je me contre fiche totalement. Je suis né le 28 mars 2016 à Fort Detrick et j'ai donc fêté mes (24 d’apparence) 0,2 bougies. Dans la vie quotidienne, je suis soldat et je gagne plutôt bien ma vie et cela me permet d'ailleurs de vivre dans le Fort Detrick. Ma vie est déjà trépidante, pourtant côté cœur je suis célibataire et je suis plutôt attiré par les femmes je suppose mais je ne me suis jamais vraiment posé la question. On me dit souvent que je ressemble à Dylan O’Brien (la petite tête d’idiot) et pour remplir ce dossier, j'ai rassemblé mes photos grâce à Wilhiane… Mais c’est moi ça ! <3.

Pour les mutants effacez si pas concerné
Je suis donc de la génération omega et je connais le projet Avalon. Dans mes gènes j'ai deux pouvoirs d'inscrit et ils sont la maîtrise de l’énergie & la guérison. Malheureusement, il y a aussi des inconvénients et voici la mienne : comme une pile, une surcharge me ferait dérailler (donc l’électricité en trop grande quantité), mais il faut quand même y aller pour en arriver là.. Envers le Projet Avalon je me sens fidèle.

Quelques Questions

Pour les mutants
Quelles sont tes capacités ?
L’énergie, il y en a partout. Dans chaque être, dans le soleil, dans la nature… Je peux la sentir, je peux la contrôler, sous n’importe quelle forme dans laquelle elle se présente. C’est ma source de vie, une source que je peux prélever de n’importe qui et de n’importe quoi quand je veux et à la distance que je veux tant que je sais qu’elle est là. C’est pourquoi je dors très peu et je m’alimente très peu.

De cette manière ma force et ma résistance peuvent augmenter encore plus qu’elles ne le sont quotidiennement quand je m’alimente d’une forte source d’énergie. Derrière moi, je laisse les gens vidés et malades, les machines en panne… Il y a des conséquences évidemment.

Cette énergie, je peux la concentrer et en faire une masse amovible à souhait de couleur violette. SI je m’en couvre entièrement ou partiellement, rien ne peut m’atteindre. Chargé et donc en pleine forme, aucune maladie, aucune douleur, ni le chaud ni le froid ne peuvent me toucher, je suis comme coupé physiquement du monde. Les pouvoirs psychiques (sauf s’ils sont extrêmement puissants) ont le même traitement, c'est-à-dire qu’on ne peut pas lire mes pensées, les influer ou manipuler mes émotions… Bref toute sorte de choses non physiques sont aussi inefficaces. Cette masse que je peux élever et déplacer comme j’en ai envie, peut me permettre de léviter voire presque de voler en me portant moi-même. Prenant n’importe quelle forme, elle peut s’adapter à tout objet, l’englober et le faire se déplacer. Une force s’apparentant à de la télékinésie pour faire simple. Ainsi, je peux faire voler n’importe quel mobilier si l’envie m’en prend ou simplement le détruire, mais je peux aussi faire apparaître cette énergie à travers une serrure, un mur ou même la faire passer sur quelqu’un d’autre. Avec trop d’énergie, une personne chargée à bloc peut facilement en mourir ou garder de graves séquelles si elle a eu le courage de survivre ; un cerveau court-circuité n’a pas un bon avenir.

Mes sources d’énergie pouvant se former à plusieurs en même temps et avoir différentes fonctions les uns et les autres, je peux en faire des armes. Enfin, une boule d’énergie, l’absorbation de la lumière du soleil ou vitale sont des choses que je peux générer pour les lancer comme une balle de revolver, rapide et mortelle si elle atteint sa cible.

Ma seconde capacité, quoique encore pas tout à fait maîtrisée est la guérison. Parce que si quelqu’un à l’audace et la chance extrême de me blesser, j’ai de quoi me guérir (ou guérir les autres mais ça il faudrait que j’en ai envie). Ca doit venir de mon énergie qui peut être transmise à d’autres pour les guérir mais outre ça, je peux simplement refermer une plaie ou éviter un saignement, ce qui aide grandement quand même. En contre partie, je ne peux pas non plus soigner un cancer ou rattacher les bras à un corps, il y a des limites.

Quelle est ta faiblesse ?
Ma faiblesse ? Non non, ne vous acharnez pas à me balancer n’importe quel élément, bâtiment ou autres pouvoirs psychiques sur la tête. Rien ne passera. Seule cette foutue électricité passe. Si je ne la maîtrise pas ou si elle me surcharge, je suis mal. Je peux tenter de m’en protéger avec ma propre énergie, mais ça dépend à qui j’ai affaire en face.
Après je ne sais pas si ça compte mais il paraît qu’une trop grande franchise peut être une faiblesse quand on ne la ménage pas. Enfin il paraît.

Comment à tu découvert tes capacités ?
C’est pas mon épisode préféré, ça non. Je suis bon élève, bien instruit comme il faut. Les livres sont ma vie, la littérature ma connaissance. Mais chez les ados, une tête d’idiot instruite ça ne fait pas bonne réputation. Combien de fois je me suis fait harceler, battre, humilier ? Les coups pleuvaient, les insultes aussi… Bref tout. C’était trop à force, je n’en pouvais plus. J’ai hurlé, et quelque chose est sorti de moi. Une force miraculeuse qui s’est mise à émaner autour de moi, comme une lumière violette. J’étais enfin protégé, hors d’atteinte… Et en plus c’était eux qui allaient payer maintenant. J’ai fait ce qu’il fallait, j’ai repris mes livres, soulagé et l’esprit en paix et je suis partit.


Caractère

Quoi ? Que cherchez-vous dans ce regard noir ? Ne voyez-vous pas qu’il n’y a là que du vide ? Oui bien sûr, un passé sombre avec des secrets, tout ça tout ça… Evidemment c’est typique dans le milieu. Hein ? Toujours intéressé ? Bon d’accord… Voilà, je suis Liam Burton, un jeune homme bien sombre dont rien ne l’affecte, tant par son caractère que par son pouvoir. Solitaire et asocial à souhait, rien n’a de valeur pour moi si ce n’est le projet Avalon qui m’a donné une raison de vivre et de me battre… Ah si, il y a bien une chose qui vaille la peine sur cette Terre : les livres. Littéraire jusqu’au fond de l’âme, ce ne sont que ces bijoux qui peuvent me toucher et m’émouvoir. Et gardez-vous de vouloir m’enseigner quoi que ce soit là-dessus, je suis un puits de connaissances en littérature et je vous le ferai sentir si vous avez décidé que j’ai l’air d’un idiot… enfin si vous avez déjà réussi à passer l’étape d’entamer une conversation avec moi.

Quoi, vous êtes toujours là ? Avez-vous l’espoir de trouver quelque chose de positif en moi ? Je vous préviens, si vous avez le malheur de trouver quelque chose d’attachant chez moi et vous ne pourrez plus me détester par la suite. Ah oui, je suis peut-être radical dans mes actes et buté, parce que quand j’ai une idée en tête j’irai jusqu’au bout, et ça me rend souvent impulsif. Mais méfiez-vous une fois de plus, s’il n’y paraît pas au premier regard, je suis terriblement audacieux et je ne manque ni de sarcasme ni d’humour noir. Et peut-être que ma franchise quelque peu excessive me rend souvent maladroit étant donné que n’a pas l’habitude du relationnel. Cependant, dans le fond je ne suis pas aussi mauvais que je ne veux le laisser entendre.  



© OMEGA
Did he smile his work to see? Did he who made the Lamb make thee?
avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 113
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 13:55

Histoire

Why can’t we see that when we bleed we bleed the same ?


Dieux ! le soufré, dans l'espace,
Comme un éclair a relui...
Mais le joyeux nacré passe,
Et je ne vois plus que lui !

Je ne vais pas me plaindre. Je ne vais pas pleurer sur mon passé. Ca s’est fait comme ça, et c’est tout. Mon enfance a été heureuse, mes parents m’ont aimé ; enfin de se qu’ils pouvaient me donner comme amour. Et amour ne rime pas forcément avec protection. Je dis ça parce qu’ils n’ont pas su me protéger, vous vous en doutez bien. Si j’en suis là maintenant, si je suis soldat et que je tente de faire ce qui me paraît juste c’est que j’ai merdé quelque part. Ce n’est pas étonnant, je ne vous apprends rien.

Enfin là je parle comme si je m’accusais… Je ne me désigne pas comme une victime, parce qu’au final c’est ceux qui croyaient me dominer, qui ont fini victime de leur arrogance. L’homme est détestable, l’enfant cruel. Et s’il n’est pas éduqué, il se cherche, et cherche ses limites. Ceux qui m’ont fait souffrir n’étaient qu’arrogance et esprit perdu dans un monde qui les dépassait. Alors il a bien fallut qu’ils se sentent supérieurs comme ils le pouvaient. J’avais quatorze ans. Jusque là j’avais vécu une vie normale, j’étais intelligent, peu sociable mais pas désagréable non plus. Mon défaut pour la plupart des gens, c’est que je suis franc. Je n’y peux rien, ça sort comme ça, j’ai besoin de dire ce que je pense, même si c’est blessant, même si c’est déplacé. Les personnes surfaites, les arrogants et les hypocrites, il y en a tellement qu’ils m’écœurent.

Enfin, pour les quelques personnes qui m’ont approchées, qui ont tenté de mieux connaître le garçon solitaire plongé dans ses livres et un peu décalé, elles ont fini par s’attacher à moi. Je suis attachant, c’est ce qu’on me disait. J’avais la tête de l’idiot qui savait faire rire tout en se faisant respecter. Mais il y en a qui ne connaissent pas le respect.


Voici le machaon-zèbre,
De fauve et de noir rayé ;
Le deuil, en habit funèbre,
Et le miroir bleu strié ;

J’ai donc quatorze ans quand ma vie s’assombrit. Et j’ai vécu un an d’enfer. Vous savez ce que c’est d’aller tous les jours à l’école, en se demandant ce qu’on va bien pouvoir supporter comme remarque aujourd’hui ? Quel regard haineux on va endurer ? Quelle crasse a décidé de nous faire subir le plus idiot ? Moi je le sais. Pourquoi ? Je n’ai rien fait de mal, je suis une bonne personne… Mais voilà, je suis différent, vous comprenez ? J’apprends vite la littérature, je lis, je m’instruis… Je ne traine pas avec une dizaine d’hypocrites à la recherche de la meilleure notoriété pour faire genre devant tous. Bref ça a suffit à me réduire à un souffre douleur apparemment. J’ai donc subi insultes, mauvais tours et humiliations de la part d’un groupe, puis de plusieurs et presque tous à la fin. Autant dire qu’à force, je me détestais moi-même, cherchant ce que j’avais bien pu faire de mal, de grave, de dérangeant. Rien. Je n’avais rien fais. J’étais mal dans ma peau, je ne pouvais pas me voir dans un miroir et encore moins supporter le regard des autres.

Après les cours vers la fin de l’année scolaire, alors que je m’apprêtais à rentrer, je suis tombé sur un groupe de types au crâne vide. « Alors t’as encore eu 20 en littérature, l’intello ! » Je m’écarte et je passe mon chemin en m’accrochant à mon roman. Ce dernier m’est arraché des mains et vole jusque dans une plaque d’égout. Je regarde le pauvre cadavre de papier gisant, effaré par une telle violence envers un livre. Le temps que je m’apitoie sur son sort, je reçois un coup au visage qui me fait valdinguer en arrière et je m’accroche au grillage qui se plante dans mes bras. Je ne peux pas m’empêcher de lâcher un cri de douleur, immédiatement accueillit par des rires moqueurs. On me reprend par les épaules pour m’envoyer par terre. Les bras faibles et douloureux, je ne peux rien faire pour me défendre et je me recroqueville sur moi-même sous les coups qui pleuvent.

Je ne sais pas si à ce moment, j’étais pitoyable, attachant ou drôle comme on me qualifiait avant, mais le paroxysme de l’humiliation et de la douleur ne fait pas bon ménage en moi. Quelque chose me monte de l’intérieur, une force étrange que je n’ai jamais connue avant. Mais c’est insoutenable, pire que la douleur. Ca me brûle les veines, les nerfs et bande mes muscles. Je me mets à hurler. Un cri intense, délivrant, et violent. Une onde émerge de mon corps, et fais taire le monde entier. Je me redresse un peu, surpris par ce qu’il vient de se passer. Et quelle ne fut pas ma terreur et ma surprise en découvrant mes mains, mes bras, mon corps entier, couverts d’une chose violette, sans texture comme une sorte de nuage. Je me relève faiblement tandis que les autres me regardent, pétrifiés.

« Monstre ! Burton est un monstre ! » crie l’un d’entre eux en me montrant du doigt. Je fais cesser cette chose qui m’obéit étrangement. Un léger sourire, comme un miracle inattendu, se dessine sur mes lèvres malgré moi. Et mes yeux noirs, flamboyants, se lèvent lentement sur eux comme une inévitable tragédie. Instinctivement ils ont un pas de recul.


C'est le grand'paon à l'oeil rose
Dessiné sur un fond gris
Qui ne vole qu'à nuit close,
Comme les chauves-souris ;

Mais l’un d’entre eux se ressaisit et me lance une pierre. Je mets mon bras blessé comme pour me protéger et là encore, une forme violette apparaît, contre laquelle le projectile s’écrase avant de tomber par terre. On contemple tous les deux ce qu’il vient de se passer avant de s’affronter du regard. Hors deux commencent déjà à fuir, bientôt rattrapés par les autres. « Partez pas, ça commence à être intéressant là ! » je leur lance. Je ne me reconnais pas, je deviens sombre, froid et une soif de vengeance naît en moi. Mais je la laisse faire. J’en ai marre de me battre, de me cacher. Tout ça se termine, je ne peux pas me refuser ça, plus maintenant. Et ça ne demande qu’à sortir de moi. Alors je hurle encore, je laisse sortir cette énergie intense qui, par vague violettes, s’étend et afflue dans ce monde sauvages. J’en prends une partie que je saisis pour l’envoyer vers des fuyards. Ca part à toute allure, ça s’aiguise et ça leur tranche le corps comme un vulgaire morceau de papier.

Eux éliminés, je retourne à mon école. Et sous mes mains se forme des masses violettes que j’envoie dans le grand hall. Là dedans, je la garde et la fais grandir. Ca me dépasse, je le sens bien. Mais je ne peux pas m’arrêter. Plus maintenant. Le bouclier violet grandit encore et encore, pousse les élèves qui n’ont pas encore fuit à toute allure, et bientôt, les vitres explosent. Les murs sont plus durs à détruire. Et comme pour y répondre, une vague de haine s’échappe à nouveau de moi pour briser entièrement l’endroit. C’est tout, je ne tuerai pas plus, je ne détruirai pas l’école en entier. Non il faut encore des gens vivants, des murs debout pour se souvenir. Pour se rappeler que même les plus faibles, peuvent un jour être les plus forts.


Je hais aussi le phalènes,
Sombres hôtes de la nuit,
Qui voltigent dans nos plaines
De sept heures à minuit ;


Ca accomplit, la paix retrouvée depuis longtemps que je l’ai perdue, c’est le cœur léger et les nerfs soulagés que je repars. Je reprends mon pauvre livre par terre en l’essuyant et je continue ma lecture en marchant entre les morceaux de cadavres qui s’étendent par terre, baignés par leur sang. « Ce n’était pas un parfum qui vous donne une meilleure odeur, pas un sent-bon, pas un produit de toilette. C’était une chose entièrement nouvelle, capable de créer par elle-même tout un univers, un univers luxuriant et enchanté, et l’on oubliait d’un coup tout ce que le monde alentour avait de dégoûtant, et l’on se sentait si riche, si bien, si libre, si bon… »

Cependant, à peine rentré chez moi, des hommes m’attendaient déjà. Des militaires. Mes parents ne vinrent pas me voir, ils restèrent éloignés à me regarder comme si je n’étais plus qu’un inconnu. « Quoi ? » je leur demande. Je ne suis pas dupe, je sais bien que tout le monde est déjà au courant de ce que j’ai fait. « Arrêtez de me regarder comme ça, vous avez toujours fermé les yeux sur ce qui m’arrivait. » et à mes mots je leur montre mes bras troués et pleins de sang. Ils secouent la tête comme des attardés. A ce moment j’ai envie qu’ils disparaissent de ma vie, qu’ils n’existent plus. Tout ce temps j’avais cru en eux, tandis qu’ils n’ont jamais cru en moi. Alors un des militaires, un homme avec une moustache et un accent m’approche en me souriant. Ben ça, je ne m’y étais pas attendu. J’aurai presque été sur la défensive, je les aurais réduit en petits morceaux comme les autres… Au lieu de ça, ils m’ont considéré, m’ont dit que j’avais un don qui s’était éveillé en moi et qu’ils m’aideraient. Je n’étais plus seul, il y en avait d’autres et j’allais vivre avec eux et servir une cause. C’est pour ça que j’avais reçu ce don. C’est ma véritable nature… Bref tout ce blabla, j’y crois un peu mais le côté poétique ça va que dans un bon recueil de Baudelaire ou d’Hugo. Tout ça pour dire que je les ai suivis volontiers. J’ai pris mes livres et mes clacs et je suis parti avec eux.


Voici le sphinx à la tête
De squelette
Peinte en blanc sur un fond noir,
Que le villageois redoute,
Sur sa route,
De voir voltiger le soir.

Ici, au Fort Detrick on m’a entraîné durement. J’avais enfin un but, une vie réussie. On me considère souvent comme un idiot avec ma franchise, mon sarcasme et mon humour noir, mais on est bien content de me trouver pour les missions dangereuses. Et je n’ai pas abandonné la littérature non plus. Ca, ça fait partie de moi. J’ai lu des centaines de romans de centaines d’auteurs, je connais des dizaines de poèmes, d’extraits, de citations… Bref un puits de connaissances derrière un sourire d’idiot qui n’a rien à perdre. Après je vous dis pas que je suis le type mignon, gentil et attachant que j’étais avant. Vous vous doutez bien qu’avec ce qu’il s’est passé avant je ne suis pas toujours stable mentalement. Ca ils l’ont vu en moi, mais je dois me contrôler sinon ils s’occuperont de mon cas, c’est sûr. J’ai une bonne vie et tout mais il ne faut pas que je déconne quand même. Mais sérieusement, des fois je me dis que nous les Omega, si on pète les plombs un jour, on réduit ce petit fort de rien du tout à néant. Je me demande comment on est encore là, nous si puissants, alors que dehors les ratés qu’on poursuit sont considérés comme hors la loi. Cependant, je ne préfère pas trop réfléchir là-dessus, j’ai ma vie, mon but et mes livres alors ça me suffit au final.


citation : "Map of the problematique" Muse - poème : « Les papillons » Gérard de Nerval - extrait : « Le Parfum » Patrick Süskind

En réalité je me nomme Wilhiane et je suis tombé sur vous grâce à trois personnes dont une miss en particulier (qui se permet de sortir avec Sebastian Stan, au calme… ^^). Je pense être présent environ 7/7 et enfin je pense que le forum est original et dark :3.


© OMEGA
Did he smile his work to see? Did he who made the Lamb make thee?
avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 113
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 14:04

Hey toi ! BIenvenuuueeeuuuhhh ! Dylan + Oméga gros pouce vert *o*

srx pile au moment où je me dis "hummm ce serait cool Dylan O brian en Omega " xDDDD trop de téléspaghetti

Si tu as des questions n'hésite pas


©Nîniel

avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 134
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 14:17

Bienvenue Tinkiwinkie 8D Mais alors là, je crois que les omega vont être épique xD


Silence is better than bullshit


avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 97
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 14:22

Dylan *-*

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche ! Very Happy
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 15:26

Trop de fanattitude en vous, j'aime ça !

Merci en tout cas pour cet accueil, et pour les questions j'ai déjà harcelé Ali-chaton, y a pas de problème .


© OMEGA
Did he smile his work to see? Did he who made the Lamb make thee?
avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 113
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 15:45

Je confirme madame/monsieur le juge, Liam me harcèle depuis hier xD (mais c'est cool de te voir ici xD)


Silence is better than bullshit


avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 97
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 16:38

Bienvenue à toi vilain futur Omega Razz

Bonne chance pour la suite et à plus tard en RP
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 17:03

Moi vilain? Certainement pas :3.

Merci, c'est sûr ^^


© OMEGA
Did he smile his work to see? Did he who made the Lamb make thee?
avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 113
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 17:28

Bienvenue =)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Dim 22 Mai - 19:45

Merci m'sieur barbu ^^.


© OMEGA
Did he smile his work to see? Did he who made the Lamb make thee?
avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 113
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Lun 23 Mai - 17:54

Du coup... Je viens officiellement te souhaiter la bienvenue sur le forum Very Happy

Et comme je te l'ai dit, je keaf tes pouvoirs maintenant **
Liam va donner du fil à retordre à Sohane XD




remember that night when it was all about us without all the bullshit

avatar
theta
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 447
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Lun 23 Mai - 18:00

Liaaaaaaam !
Bienvenue chez les fous nous !

Bon on ne se connait pas encore mais cela ne saurait tarder **
J'ai hâte de te parler et de rp avec toi !
Pis Dylan quoi **

Enfin bref. J'adore littéralement le caractère de Liam. Typiquement ce que j'aime jouer xD
Et omg... Cette histoire, cette présentation ** Je l'aime je suis fan c'est beau c'est bien écrit c'est wahoo **
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé" Lun 23 Mai - 18:02

Félicitation
PETIT MOT
Bon comme tu t'y attends, je suis toujours aussi fan de ton tinkiwinkie choupinous. 8D Hâte de te croiser dans la base, et si jamais tu vois plus ce que tu lis, c'est qu'Alisha est dans le coin ^^

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Te voilà maintenant validé(e), Félicitation tu vas pouvoir RP mais avant il va falloir faire encore quelques petites choses à faire. En premier, réserver son avatar dans le bottin pour éviter que quelqu'un le tente en vain.

Ensuite vous si vous êtes un mutant, il faudra aller répertorier son matricule et les choses évidentes pour les métiers et les habitations.

Quand vous aurez fais tout cela nous vous encourageons à créer votre page de journal afin de trouver des liens et donc vous aider pour Rp ^^

Amusez vous bien et bienvenue une fois de plus parmi nous.


Silence is better than bullshit


avatar
omega
Voir le profil de l'utilisateur

▬ Messages : 97
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé"

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[Liam Burton] "Ne cherchez plus mon cœur, les bêtes l'ont mangé"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [MUSIQUE] un coffret 25e anniv Danny Elfman et Tim Burton
» Liam ♠ An ordinary human? Not really ...
» Me voila Didou ^^
» - eat my MUFFIN.
» Cream Pouf.. Non, Puff !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Mutant :: Les dossiers secrets :: Les présentations :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: